TIN - Technologies industrielles

Perspectives professionnelles

Les diplômées et diplômés Master en «Technologies industrielles» travaillent dans la recherche et développement, la gestion et production des systèmes techniques ainsi que le management d’entreprises du secteur industriel.

Objectifs

L’option «Mécatronique» du Master MSE répond aux besoins du secteur industriel en formant des ingénieures et ingénieurs de recherche et développement orientés «pratique» capables de concevoir, réaliser et piloter des systèmes industriels complexes, en associant électronique, informatique, mécanique et automatisation dans le but d’optimiser les performances et les coûts.

A l’issue de la formation, les diplômées et diplômés ayant suivi cette option est capable de conduire et mettre en œuvre des projets innovants combinant plusieurs disciplines, en étroite collaboration avec les spécialistes métiers. Ils maîtrisent les principaux outils de conception, de planification, de réalisation et de vérification.

 

Besoins du marché

L’association optimale de diverses technologies conduit à des produits et processus de plus en plus compétitifs en termes de précision, rapidité, interconnectivité, fiabilité, coût et respect de l’environnement.

Les progrès réalisés dans les domaines des machines de production (machines-outils, robots,…), des transports (aéronautique, automotive, ferroviaire,…), du biomédical (instrumentation, réhabilitation,…) et de la domotique en sont les témoins.

Les entreprises actives dans ces domaines ont un besoin de plus en plus marqué d’ingénieurs capables de développer des produits et processus avec une approche mécatronique indispensable à l’évolution technologique.

 

Compétences à développer

Cette option a pour but de former des ingénieure et ingénieurs dotés de solides connaissances techniques mais aussi de compétences relationnelles. Des compétences suivantes sont particulièrement visées:

  •   Appréhender dans sa globalité, la conception d’un système mécatronique en prenant en compte les aspects scientifiques, technologiques, économiques et environnementaux
  •   Spécifier, modéliser et simuler des systèmes complexes en utilisant les méthodes et outils standards du marché
  •   Etudier et analyser des systèmes en vue du choix de structures de commande et de régulation
  •   Spécifier, choisir et intégrer les composants d’automatisation (capteurs, moteurs, actuateurs, convertisseurs, automates programmables, CNC,  plateformes informatiques, etc.)
  •   Comprendre et assimiler les particularités mécaniques et les conditions environnementales des systèmes puis assurer les exigences en termes d’ergonomie, de fiabilité et de sécurité
  •   Dialoguer efficacement avec tous les spécialistes impliqués au projet, en comprenant leur langage, leurs approches et difficultés
  •   Assurer, seul-e ou à la tête d'une équipe, la conduite de projets test.

 

Public cible

Cette option s’inscrit dans le cadre du MSE (Master of Science in Engineering) qui est une offre de formation réalisée en commun par les HES suisses. Elle est consécutive à la formation Bachelor.

Elle s’adresse en priorité aux diplômées et diplômés des filières Bachelor HES TIN (Génie électrique, Génie mécanique, Industrial Design Engineering, Microtechniques, Systèmes industriels, Ingénierie de gestion, Energie et Techniques environnementales) ou avec des titres équivalents.

En particulier, elle intéressera les personnes souhaitant approfondir leurs compétences en mécanique, électronique, informatique industrielle et automatisation.

 

Débouchés

Les diplômée et diplômés sont des ingénieures et ingénieurs de recherche et développement disposant d’un très large spectre de connaissances et compétences.

Ces dernières les prédisposent à évoluer, entre autres, vers des postes de responsable de projet, de produit ou de production en leur permettant de s’adapter à la diversité du tissu industriel.

Objectifs

L’option «Biomédical» du Master MSE offre une formation technique permettant de concrétiser dans une démarche ingénierie industrielle, les besoins spécifiques du domaine biomédical.

Cette option implique en particulier les éléments de base en statistiques utiles au domaine, dans un contexte large alliant des bases en génie tissulaire et en médecine, des savoirs en instrumentation à l’électronique et à la microtechnique.

L'option vise à donner des compétences permettant de mener des études de conception ainsi que de conduire des projets de développement de produits, instruments et systèmes, puis de les amener à leur homologation.

Cette option comprend les exigences réglementaires associés aux dispositifs médicaux en vue de l'obtention du marquage CE par la conformité aux directives européennes ou éventuellement aux exigences de la FDA.

Une attention particulière est portée sur les risques associés à l'utilisation des dispositifs médicaux pour lesquels des méthodes et outils d'analyse et de gestion du risque sont développés.

 

Besoins du marché

La technologie biomédicale n'est devenue que récemment une branche importante de l’économie suisse avec un facteur de croissance élevé.

Cette branche est aussi bien constituée de petites et moyennes entreprises que de grands groupes internationaux.

Ce secteur de l’économie essentiellement destiné à l’exportation est encore émergeant et donc innovant. Selon BioAlps environ 700 sociétés sont actives dans le domaine, dans la région romande. Sur l’ensemble des emplois concernés, la majorité est concernée par l’option biomédicale.

Activite principale des societes en sciences de la vie en Suisse romande

*Activité principale des sociétés en sciences de la vie en Suisse romande (BioAlps 2014 et Swiss Life Sciences 2013)

Le bien-être et la santé couplés à l'accroissement de l'espérance de vie sont des enjeux de société importants. La maîtrise des coûts dans le domaine de la santé est un réel défi en particulier avec la forte dépendance aux nouvelles technologies de la médecine moderne.

Les ingénieures et ingénieurs travaillant dans le domaine biomédical doivent pouvoir allier les compétences technologiques avec les challenges spécifiques du domaine biomédical.

 

Compétences à développer

A l’issue de la formation, l’ingénieure et ingénieur MSE ayant suivi l’option Biomédical développera des compétences-clés uniques. Des compétences suivantes sont particulièrement visées:

  •   Participer au développement de produits biomédicaux du cahier de charges à la fabrication
  •   Transposer ses compétences en ingénierie générale aux domaines de l’instrumentation biomédicale
  •   Contribuer aux aspects techniques des processus de diagnostic, de traitement et de suivi post-traitement
  •   Prendre en compte les exigences réglementaires et qualité dans le développement (documentation, traçabilité, étalonnage,...) ainsi que les normes applicables
  •   Analyser et gérer les risques liés à l'utilisation du produit et prendre ces risques en compte dans le développement
  •   Communiquer efficacement avec des médecins et des biologistes pour pouvoir traduire leurs besoins spécifiques en termes d’ingénierie et collaborer avec eux
  •   Evaluer les performances de dispositifs par rapport aux exigences médicales
  •   Adapter les instruments et techniques de laboratoire au domaine biomédical.

 

Public cible

Cette option s’inscrit dans le cadre du MSE (Master of Science in Engineering) qui est une offre de formation réalisée en commun par les HES suisses. Elle est consécutive à la formation Bachelor.

Elle s’adresse en priorité aux diplômées et diplômés des filières Bachelor HES TIN (Génie électrique, Génie mécanique, Energie et Techniques environnementales, Microtechniques, Systèmes industriels, Industrial Design Engineering, Ingénierie de gestion) ou avec des titres équivalents qui souhaitent se spécialiser dans le domaine industriel biomédical.

 

Débouchés

Cette option permet à nos ingénieures et ingénieurs Bachelor d’évoluer vers des métiers correspondant à la diversité du domaine biomédical tels que:

  • Ingénieur-e dans les services d’ingénierie biomédicale des hôpitaux
  • Ingénieur-e de vente et services techniques après-vente de solutions ciblées
  • Ingénieur-e de recherche et développement
  • Ingénieur-e avisé-e face aux exigences réglementaires du marché
  • Ingénieur-e de salle chirurgicale pour gérer des instruments de haute technologie
  • Ingénieur-e en imagerie médicale et médecine nucléaire
  • Ingénieur-e en techniques de réhabilitation de haute technologie
  • Ingénieur-e de production de dispositifs et instrumentations biomédicaux.

Objectifs

L’option «Systèmes embarqués» du Master MSE vise l'acquisition de compétences avancées permettant la conception, la réalisation et la mise en œuvre de systèmes embarqués et plus particulièrement à ceux se caractérisant par une étroite interaction entre matériel et logiciel.

A l’issue de cette formation, les diplômées et diplômés maîtrisent les techniques leur permettant de développer des systèmes électroniques autonomes interagissant en temps réel avec leur environnement, par le biais de capteurs et d’actionneurs.

Les méthodologies étudiées tiennent compte notamment des aspects liés à la fiabilité, la sûreté, la robustesse et la consommation de systèmes électroniques.

Ces systèmes sont omniprésents dans les transports, les équipements médicaux, les télécommunications, les équipements mobiles, la domotique, l’électronique de loisir, etc.

 

Besoins du marché

L’omniprésence de systèmes embarqués dans les objets de la vie courante et l’évolution fulgurante de l’Internet des objets implique que beaucoup d’entreprises doivent maîtriser ces technologies.

Diverses études rappellent le besoin croissant d’ingénieures et ingénieurs et de spécialistes dans le domaine des systèmes embarqués.

Le tissu industriel suisse doit son succès à de nombreuses entreprises sachant exploiter des marchés de niche dans les domaines de l’électronique et des systèmes embarqués et mobiles.

 

Compétences à développer

Cette option a pour but de former des ingénieures et ingénieurs en systèmes embarqués possédant les compétences suivantes:

  • Concevoir et développer des systèmes à microprocesseurs
  • Concevoir et développer des systèmes numériques (FPGA, cœurs IP, etc.)
  • Concevoir et développer des systèmes de traitement du signal analogique et numérique
  • Réaliser des circuits électroniques mixtes analogiques/numériques incluant capteurs et actionneurs
  • Optimiser des systèmes dans l’optique de la basse consommation
  • Gérer la communication entre les systèmes embarqués et fixes (RF, bus de terrain, etc.)
  • Maîtriser le co-design hardware/software
  • Mettre en œuvre un concept de certification/homologation.

En plus des compétences méthodologiques, technologiques et systémiques, des «soft skills» seront également développés.

 

Public cible

Cette option s’inscrit dans le cadre du MSE (Master of Science in Engineering) qui est une offre de formation réalisée en commun par les HES suisses. Elle est consécutive à la formation Bachelor.

Elle s’adresse en priorité aux diplômées et diplômés des filières Bachelor HES TIN et TIC (Microtechniques, Systèmes industriels, Informatique, Ingénierie des médias, Ingénierie des technologies de l’information, Télécommunications, Génie électrique, Ingénierie de gestion) ou avec des titres équivalents.

 

Débouchés

Cette option prépare les futurs diplômées et diplômés à occuper des postes d'ingénieures et ingénieurs hardware dans divers domaines tels que les équipements industriels ou domestiques, l’instrumentation, l’aéronautique, l’automobile, le spatial, le mobile ou l’Internet des Objets (IoT), en tant que:

  • Chef­-fe de projet junior
  • Chef-fe d’équipe junior
  • Concepteur-trice et développeur-euse
  • Architecte hardware et système
  • Ingénieur-e qualité (qualité hardware, validation).

Objectifs

Les micro- et nanotechnologies marquent l’aujourd’hui et encore plus le futur. Les microsystèmes et les matériaux innovants permettent la fabrication des nouveaux produits et instruments industriels à un rythme accéléré.

L’option «Micro- et Nanotechnologies et Matériaux innovants» du Master MSE permet aux étudiantes et étudiants d’acquérir les connaissances nécessaires à la maitrise de ce nouveau domaine émergent.

L’ingénieure ou ingénieur ayant suivi cette option sera capable de profiter de sa compréhension transversale des sciences de base acquises tout au long de sa formation pour l’appliquer au domaine interdisciplinaire des micro- et nanotechnologies.

 

Besoins du marché

La Suisse est depuis longtemps connue pour sa précision dans le travail au «micro» et s’oriente aujourd’hui de manière logique vers les nanotechnologies.

Pour exemple, parmi les projets de recherche appliquée et innovante, financés par la CTI (Commission pour la Technologie et l’Innovation) en 2012, 21,8% ont été dans le domaine des micro- et nanotechnologies.

Dans les secteurs de l’horlogerie, du biomédical, de l’énergie, de l’électronique, ou de la chimie, entre autres, divers entreprises ont besoin de modifier les propriétés des matériaux, d’améliorer leur utilisation pour permettre de nouvelles applications.

Les micro- et nanotechnologies et le développement des matériaux permettent cet avancement dans tous les domaines de pointe.

Des développements récents comme les MEMS, les surfaces fonctionnalisées jusqu’à l’internet des objets par exemple ont aussi besoin des nouveaux matériaux et des micro-nano-systèmes pour miniaturiser de plus en plus les divers composants.

Un besoin similaire de miniaturisation et des exigences croissantes concernant les matériaux se manifeste dans les domaines d’énergie, en particulier le photovoltaïque, les énergies renouvelables ainsi que dans les technologies de stockage d’énergie.

 

Compétences à développer

La maitrise des matériaux et des micro- et nanotechnologies nécessite une compréhension pluridisciplinaire des sciences de base.

Des compétences suivantes sont particulièrement visées:

  • Caractérisation des surfaces
  • Fabrication des micro- et nanostrutures
  • Revêtements fonctionnels des surfaces
  • Instrumentations propre aux nano- et microtechnologie
  • Microfluidique
  • Simulation multi-physique
  • Conception des micro- nanosystèmes.

 

Public cible

Cette option s’inscrit dans le cadre du MSE (Master of Science in Engineering) qui est une offre de formation réalisée en commun par les HES suisses. Elle est consécutive à la formation Bachelor.

Elle s’adresse en priorité aux diplômées et diplômés des filières Bachelor HES TIN (Génie mécanique, Génie électrique, Industrial Design Engineering, Microtechniques, Systèmes industriels, Ingénierie de gestion, Energie et Techniques environnementales) ou avec des titres équivalents.

En particulier, elle intéressera les personnes souhaitant se spécialiser dans le domaine des micro- et nanotechnologies et matériaux innovants.

 

Débouchés

Les industries classiques sont très demandeuses des compétences ciblées par cette option.

On peut citer les secteurs de pointe suivants où les besoins du marché sont en forte croissance: la production de revêtements fonctionnels ou décoratifs, l’horlogerie, le médical, les microtechnologies, l’emballage et la microélectronique.

Les diplômées et diplômés de cette option peuvent également travailler dans les laboratoires Ra&D en micro- et nanotechnologies.

Objectifs

L’option «Production et manufacturing» du Master MSE a pour but de former des ingénieures et ingénieurs pouvant faire valoir des compétences solides dans le domaine de la production et du Manufacturing, domaine qui peut se décliner par les trois piliers suivants:

  • Procédés innovants: améliorations des procédés traditionnels et développement de nouveaux adaptés aux matériaux émergents, microsructuration, fabrication additive
  • Développement et construction des machines de production performantes aussi bien fonctionnellement qu’énergétiquement, adaptation des chaînes de production
  • Système de production: maîtrise du SCM (supply chain management) et amélioration de la fluidification (lean-manufacturing).

 

Besoins du marché

Afin de contribuer au maintien de l'industrie suisse de pointe, il est indispensable d'améliorer des procédés existants, ou de développer de nouveaux procédés à la fois innovants, respectueux de l'environnement, moins coûteux, difficilement copiables et moins énergivores; ceci en lien avec les exigences des cleantech et des produits à forte valeur ajoutée (horlogerie, aérospatiale, medtech, etc.)

Dans un contexte industriel difficile, l’amélioration du gain de productivité, la flexibilité, l’agilité et la réactivité par l’amélioration de la rapidité de mise sur le marché de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement constituent un avantage concurrentiel important.

 

Compétences à développer

Cette option vise le développement des capacités théoriques et pratiques pour:

  • Améliorer et développer des procédés de production innovants
  • Concevoir, développer et participer à l’intégration ou à la construction des machines de production adaptées aux nouvelles contraintes techniques et environnementales
  • Mettre en œuvre et gérer des systèmes modernes de production.

Les notions de contrôle qualité, de lean manufacturing, de sécurité, de fiabilité, d’économie et d’écologie font parties intégrantes de compétences développées.

De nouvelles exigences s’hybrident avec ces compétences de base pour répondre aux besoins du développement durable par la maîtrise de l’efficience énergétique et par la capacité à fabriquer des produits à faible impact environnementaux et à consommation d’énergie réduite. Il s’agit de la nouvelle appellation de Green et Blue/ Factory.

 

Public cible

Cette option s’inscrit dans le cadre du MSE (Master of Science in Engineering) qui est une offre de formation réalisée en commun par les HES suisses. Elle est consécutive à la formation Bachelor.

Elle s’adresse en priorité aux diplômées et diplômés des filières Bachelor HES TIN (Génie mécanique, Génie électrique, Industrial Design Engineering, Microtechniques, Systèmes industriels, Ingénierie de gestion, Energie et Techniques environnementales) ou avec des titres équivalents.

Cette option est également attractive pour les personnes travaillant depuis quelques années dans l’industrie.

En particulier, elle intéressera les personnes avides de construire:

  • Des compétences techniques avancées pour maîtriser tout le cycle de vie d’un produit
  • Des compétences de management de projet et d’organisation, compétences portées davantage vers l’interdisciplinarité des techniques et des humains.

 

Débouchés

Les diplômées et diplômés peuvent occuper des postes de responsables de projet dans les domaines de développement, de management, de maintenance et d’expertise d’installations existantes, de production et de gestion des procédés.

Il s’agit en particulier des métiers suivants:

  • Ingénieur-e méthode-process, ingénieur-e fabrication, ingénieur-e Manufacturing Technologies, ingénieur-e production
  • Ingénieur-e concepteur, ingénieur-e analyste ou simulation, ingénieur-e Ra&D, ingénieur-e méthode-produit
  • Ingénieur-e qualité et innovation, ingénieur-e amélioration continue ou excellence opérationnelle, ingénieur-e QRM (Quality Risk Manager) ou AQF (Assurance Qualité Fournisseurs)
  • Ingénieur-e Lean Manufacturing, ingénieur-e logistique, ingénieur-e Out-Sourcing et acheteur-euse technique.